Intersec collecte un ultime tour


L'éditeur de logiciels de collecte et d'analyse des données boucle une quatrième - et dernière ? - levée de 8 M€ auprès de Turenne Capital, nouvel entrant, et des historiques Innovacom, CM-CIC Innovation, Omnes Capital et Highland Capital Europe.

Le parcours de levées de fonds d'Intersec n'a pas été très linéaire jusqu'ici. L'éditeur de logiciels de collecte et d'analyse des données avait d'abord réuni 4 puis 17 M€, avant d'ouvrir son capital à l'industriel Cisco contre 3 M€ et dans la foulée à Omnes Capital (2,5 M€) (lire ci-dessous). Près de trois ans plus tard, il relève 8 M€, en capital et en obligations convertibles, auprès de ses actionnaires historiques pour une large part. Seul Turenne Capital fait son entrée dans l'actionnariat, invité par Innovacom avec qui il a entamé un rapprochement il y a un an (lire ci-dessous) qui devrait aboutir dans les tout prochains mois. La société de gestion met au travail deux fonds fiscaux, le FCPI Techno Numérique et Santé et le FIP PME Ouest 2016, tandis que son partenaire déploie Innovacom 6. Le tandem injecte 2,15 M€, soit le plus gros ticket du tour auquel participent également les dirigeants de la cible, CM-CIC Innovation et Highland Capital Europe.

Près de 20 M€ de revenus

Yann Chevalier, Intersec
Les chantiers ne manquent pas pour l'éditeur francilien dont les revenus progressent toujours à deux chiffres, s'approchant désormais de 20 M€. À noter que si l'effectif a diminué, à près de 120 salariés, c'est en raison d'une réorganisation interne et d'un recours à des sous-traitants. Travaillant historiquement pour les seuls opérateurs télécoms, Intersec essaie depuis quatre ans environ à séduire également d'autres clients entreprises. « La société n'est pas la plus connue de son secteur, car elle était pendant longtemps dans l'ombre des opérateurs télécoms. Mais elle a entamé un tournant très prometteur en s'adressant directement, ou via des partenaires, à des clients de secteurs variés », explique Charles-Henri Booter (photo ci-dessous), directeur d'investissement chez Turenne Capital. Elle utilise notamment les informations de géolocalisation pour un groupe minier, un opérateur ferroviaire ou encore une compagnie aérienne afin de les aider à optimiser leurs activités. Générant 90 % de ses ventes à l'export, l'éditeur implanté à New York, Toronto, Singapouret Dubaï, cherche cependant à percer aux États-Unis, un marché énorme mais difficile et très concurrentiel.

Dernier tour avant une cession industrielle
L'élargissement de l'offre lui permet d'enregistrer une hausse de 60 % de son carnet de commandes sur un an. Parallèlement, le basculement progressif mais relativement coûteux du modèle économique de la vente de licence pluriannuelle vers l'abonnement Saas se poursuit. Les actionnaires d'Intersec, dirigé par Yann Chevalier, estiment en tout cas que ce tour sera le dernier, avant une sortie qui pourrait prendre la forme d'une cession industrielle.


Société cible ou acteurINTERSEC 
Acquéreur ou InvestisseurTURENNE CAPITAL, Charles-Henri Booter, INNOVACOM, Jérôme Faul, CM-CIC INNOVATION, OMNES CAPITAL (CAPITAL RISQUE), HIGHLAND CP EUROPE 
Acquéreur Avocat Corporate - Structuration FiscaleLAMARTINE CONSEIL, Gary Lévy, Raphaël Saulneron, Charlotte Moreau, Emilie Renaud, Stéphane Buffa, Myriam Hourcan 
Acq. DD FinancièreEY TS, Emmanuel Picard, Ruben David, Alexis Fontana 
Société Avocat d'Affaires CorporateTAYLOR WESSING, Nicolas de Witt