DAGARD DEVIENT LUSOPHONE


Après quatre ans dans le giron d'Initiative & Finance et de Bpifrance, le fabricant de chambres froides modulables, de constructions isothermes et de salles propres apporte ses 79 M€ de chiffre d'affaires à son ancienne filiale portugaise Purever Group.

Dagard renoue avec un ancien membre de sa famille. Un peu plus de quatre ans après sa reprise auprès de Windhurst Industries par Initiative & Finance, Bpifrance et son équipe dirigeante, ce fabricant creusois de chambres froides modulables, de constructions isothermes et de salles propres pour l'industrie agroalimentaire et pharmaceutique rejoint le portugais Purever Group. Ce fabricant de portes isothermes, de panneaux de chambres froides et de panneaux de salles propres, Dagard le connait bien. Les deux sociétés partagent, en effet, une histoire commune puisque Purever Group était autrefois la filiale ibérique et latino-américaine du groupe tricolore. Et ce, jusqu'à ce qu'elle prenne son indépendance en 2001 sous l'impulsion de son dirigeant Luis Borges, avec le soutien financier de 3i - sorti depuis. Et si leur rapprochement semble aujourd'hui naturel, d'autres pistes ont tout de même été explorées.

Processus resserré autour de quelques industriels

« Le processus de vente a débuté il y a un peu moins d'un an, raconte Julien Donarier, associate director d'UBS Mid-Cap M&A, conseil des cédants. Au moment de son lancement, le groupe a dû faire face à des perturbations avec des fournisseurs rencontrant des problématiques d'approvisionnement sur certaines matières premières. Le marché étant alors trop volatile, nous avons finalement décidé de décaler le processus. Néanmoins, durant ce timing d'attente, quelques groupes français et européens se sont manifestés. Nous avons donc ouvert le projet à un nombre très limité de candidats, tous industriels. » En intégrant Purever Group, Dagard, dont 70 % du capital était jusqu'ici détenu par Initiative & Finance - majoritaire seul - et son co-investisseur, s'adosse à un partenaire en mesure d'assurer sa pérennité, tout en poursuivant « la dynamique de croissance enclenchée depuis quatre ans.»

Investissement dans l'outil industriel

Sur la période, Dagard, qui emploie 360 collaborateurs entre ses deux sites de production situés à Boussac, dans la Creuse, et à Montluçon, dans l'Allier, est, en effet, passé de 72 M€ à 79 M€ de chiffre d'affaires. Et ce, en accélérant notamment son développement à l'international, où il réalise aujourd'hui 20 M€ de chiffre d'affaires. « Grâce à un LBO peu leveragé, Dagard, qui sortait d'une période difficile au moment de notre entrée au capital, a, en outre, pu investir dans son outil industriel pour gagner en productivité et retrouver de la compétitivité », expliquent Arnaud Mendelsohn et Philippe Dilasser, respectivement directeur associé et directeur d'investissement chez Initiative & Finance, qui signe là une belle sortie.

Élargissement des marchés en vue

Disposant d'une expertise reconnue dans les panneaux sandwiches isolants, Dagard, dont le dirigeant actuel, Thierry Suin, va accompagner la reprise pendant quelques mois, devrait bénéficier de nombreuses synergies industrielles, essentiellement côté achats. Ce groupe, qui commercialise ses produits dans plus de 60 pays, dont les États-Unis où il dispose d'une filiale depuis 2005, compte également sur le soutien de son nouveau propriétaire pour élargir ses marchés, notamment en Amérique latine et en Afrique lusophone. De son côté, Purever Group, qui a réalisé une soixantaine de millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 et devrait s'approcher des 80 M€ en 2018, se dote ainsi de nouvelles capacités de production en France, où il intervenait déjà au travers des sociétés Portiso, Coldkit Getam et Purever Tech.

Constituer un leader européen

Détenu par son dirigeant Luis Borges, au côté de family officesprincipalement portugais, le groupe portugais, qui s'appuie sur une dette senior arrangée par CARCIE et Caisse d'Epargne d'Auvergne et du Limousin pour s'offrir Dagard, n'en restera pas là. Il envisage, en effet, de procéder à de nouvelles acquisitions à l'étranger en vue de constituer un leader européen des panneaux modulaires. Il est d'ailleurs en passe de boucler la reprise d'une société britannique réalisant 12 M€ de chiffre d'affaires. D'après le site Jornal de Negócios, Purever Group aurait prévu de débourser environ 15 M€ pour cette nouvelle opération, contre un peu plus d'une trentaine de millions d'euros pour Dagard.


Société cible ou acteur : Dagard 
Acquéreur ou Investisseur : Purever Group, Luis Borges 
Cédant : Managers, Thierry Suin, Initiative & Finance, Arnaud Mendelsohn, Philippe Dilasser, Bpifrance Investissement, Marc Prévôt, Jérôme Langlade 
Acq. DD Juridique et Fiscale : Pwc Société d'Avocats, Edouard Berthier, Serge Cambie, Pauline Fournier 
Acq. DD Sociale : Pwc Société d'Avocats, Jérôme Cochet, Ophélie Deschamps-Jakovlevitch 
Acq. DD Financière : Pwc Transaction Services, Maxence Pleynet, Philippe Chavane, Arnaud Thibésart , Benjamin Godefroy, Laetitia Challan Belval 
Cédant Banquier d'Affaires / Conseil M&A : UBS M&A Mid-Cap, Jérôme Pin, Julien Donarier, Daniel Hernandez 
Cédant Avocat Corporate - Structuration Fiscale : Lamartine Conseil, Gary Lévy, Agathe Fraiman 
VDD Financière : Deloitte Finance (TS), Philippe Serzec, Delphine Dupuy, Adrien Folacci 
Dette : Carcie , Cécile Ormerod, Olivier Trouslard, Caisse d'Auvergne Limousin, Stéphane Courageot, Jean-Baptiste Aveline, Antonia Robert, Crédit Agricole Centre Ouest, Patrick Dupuy, Loubna Aounzou, Bpifrance Financement, Christophe Coussy, Cic Ouest, Alban Grizon, Banque Européenne du Crédit Mutuel (BECM), Christelle Galland 
Dette Avocat : Cornet Vincent Segurel (CVS), Bertrand Coste, Naomie Hourna 
Opération liée : LBO Dagard mardi 03 décembre 2013