Actualités

Revues de presse

NUTRIDRY met la main sur MADA FOODSERVICE

Publié le : 17/09/2021 17 septembre sept. 09 2021
Ce spécialiste des produits déshydratés destiné aux circuits hospitaliers avait lui-même deux act...

EDIFY cède SIREM à JADEL et à son management

Publié le : 16/09/2021 16 septembre sept. 09 2021
Publié le 10 sept. 2021  La structure d’investissement « evergreen » Jadel - qui avait été con...

Notre équipe FISCALITÉ reconnue parmi les meilleures en fiscalité des transactions et en contentieux fiscal !

Publié le : 17/09/2021 17 septembre sept. 09 2021
Sortie du classement Droit fiscal 2021 du Magazine OPTION DROIT ET AFFAIRES : notre équipe fiscal...

JM POLYMERS acquiert une participation majoritaire dans RG GROUP

Publié le : 15/09/2021 15 septembre sept. 09 2021
Soutenu depuis l'hiver dernier par INITIATIVE & FINANCE, le fabricant auvergnat de matériaux plas...
Le suspense sur l’identité du repreneur d’OFFICE DÉPOT FRANCE enfin levé

Le suspense sur l’identité du repreneur d’OFFICE DÉPOT FRANCE enfin levé

Publié le : 04/06/2021 04 juin juin 06 2021

Placée sous la protection du Tribunal de commerce de Lille-Métropole depuis le 5 février 2021 dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire, Office Depot France, spécialisée dans la vente de fournitures de bureau, vient de voir son plan de cession arrêté après près de 4 mois de procédure.

Le vendredi 5 février 2021, la société Office Depot France, spécialisée dans les fournitures de bureau, annonçait son placement en redressement judiciaire à l’issue d’une audience avec le Tribunal de commerce de Lille Métropole. Conséquence de la crise de la Covid-19, cette dernière a entravé son plan de transformation et a engendré « des besoins de financement conséquents ». L’entreprise française a subi une baisse de chiffre d’affaires de près de 20% en 2020. Cela a notamment eu pour conséquence d’accroitre ses difficultés économiques. Son plan de transformation piloté par Guillaume de Feydeau, Président de la société, était pourtant en bonne voie, l’entreprise ayant réalisé les meilleures séquences de résultat sur les cinq dernières années. L’entreprise a néanmoins subi les conséquences de cette crise sanitaire et économique.

À l’ouverture de la procédure de redressement judiciaire, Office Depot France exploitait 60 magasins, des sites de commerce en ligne ainsi qu’un centre de logistique intégré avec trois entrepôts et 22 plates-formes de distribution et employait 1750 salariés. Le chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise française en 2020 s’élevait à 280 millions d’euros.

En 2017, le fonds de retournement allemand Aurelius, créé en 2005 par Dirk Marius et Gert Punkert, mettait la main sur les activités européennes de la société. Dans un communiqué datant de février 2021, le fonds allemand annonçait ainsi que «la vente de l’entreprise française doit avoir lieu dans le cadre d’une procédure judiciaire de redressement», bien qu’un plan de continuation soit également à l’étude. Toutefois, c’est la solution de la reprise en plan de cession qui a été retenue.

Le 20 avril 2021, le Tribunal de commerce de Lille-Métropole devait arrêter un plan de cession parmi les offres présentées par 13 candidats. Toutefois, les coadministrateurs judiciaires du dossier ont demandé un renvoi au 25 mai 2021 estimant que les offres n’étaient pas suffisamment abouties. Par la suite, seules 7 offres ont été redéposées mais 3 se démarquent. Parmi ces trois offres, on compte celle de (i) Deham Management, portée par le Président actuel Guillaume de Feydeau, qui propose de reprendre 930 salariés ainsi que l’entièreté de l’entreprise, et non uniquement les magasins, celle émanant de (ii) Adexgroup et Adveo prévoyant la reprise de 628 salariés et de 58 magasins et enfin, celle de la (iii) coopérative Alkor Groupe prévoyant la reprise 460 salariés et de 50 magasins.

Néanmoins, l’offre la mieux-disante – au plan social – portée par Guillaume de Feydeau et soutenue par les salariés, a dû être retirée le 25 mai 2021, faute d’avoir l’accord de son actionnaire pour obtenir son financement. En effet, le fonds de retournement allemand Aurelius a révoqué Guillaume de Feydeau de son mandat de Président d’OD Participations, holding détentrice des titres de la structure d’exploitation Office Depot France. Cette initiative a abouti au retrait de l’offre portée par ce dernier dans la mesure où plan supposait le soutien du fonds d’investissement.

L’audience d’arrêté du plan de cession, fixée au 3 juin 2021, a donc examiné les deux offres les plus sérieuses subsistantes, à savoir celle présentée par Adexgroup, Adveo et par le fonds d’investissement Sandton Capital (qui a acquis Adveo en juin 2019) et celle présentée par Alkor Groupe. C’est finalement sur l’offre présentée par la coopérative Alkor Groupe que le choix du tribunal s’est porté. En effet, par un jugement en date du 3 juin 2021, le Tribunal de commerce de Lille-Métropole a arrêté le plan de cession d’Office Depot France au profit d’Alkor Groupe.

Spécialiste de la papeterie et des fournitures de bureaux depuis plus de 60 ans sur toute la France à travers ses 3 marques de distribution Majuscule, Burolike et Ioburo, Alkor Groupe reprend 460 salariés d’Office Depot France de la branche retail et offre également des emplois à 370 collaborateurs dans les fonctions commerciales, IT et support (hors retail), avec une priorité à l’embauche maintenue pendant 2 ans. Une cellule de reclassement portée par AKSIS est mise en place. Les offres de reclassement correspondent à des besoins non couverts au sein d’Alkor à ce jour. Les reclassements qui seront opérés dans le délai d’un mois suivant le jugement le seront avec reprise de l’ancienneté et sans période d’essai. Les avantages sociaux (ancienneté, congés payés, RTT etc) des salariés repris sont également maintenus pour les emplois liés à la reprise. Au total, cela permettrait de sauver 830 emplois après reclassement des salariés. Cette reprise prévoit également le financement d’Alkor Groupe, à hauteur de 23,2 millions d’euros, pour l’apurement du passif d’Office Depot France.

AJC (Nicolas Torrano) et BCM (Éric Bauland) sont intervenues sur le dossier en tant qu’administrateurs judiciaires.

M.J.S. Partners (Nicolas Soinne) et SCP Angel-Hazane (Denis Hazane) sont intervenues sur le dossier en tant que mandataires judiciaires.

Office Depot France était conseillée par Enthoven & Girard (Fabrice Girard et Jérémie Battino) et Weil, Gotshal & Manges (Jean-Dominique Daudier de Cassini, Laura Bavoux et Joséphine Maire).

Alkor Groupe était conseillée par Lamartine Avocats (Lionel Hanachowicz et Marie-Alice Lafontaine) et Simon Associés (Emmanuel Drai et Hubert de Frémont) tandis que VP STRAT (Véronique Pernin) était son agence de communication en situation spéciale.

Par Caroline de Bonville - POSTED ON 4 JUIN 2021

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.